Étendre son langage triadique

Compos

J’ai parlé dans un article précédent d’exprimer des couleur modales à travers l’utilisation de triades et de matériel dérivé des triades.

En partant des principes que j’y ai établis, je vais maintenant chercher à illustrer comment aller au-delà de la couleur stricte d’une mode ou d’une harmonie.

Vocabulaire triadique

On a vu précédemment différentes manières de conserver un son triadique sans pour autant se limiter à trois notes. Les voici en vitesse pour Fa majeur, qui servait alors à colorer Mi Phrygien:

Une note d’approche pour un total de 4 notes:

Triadique 9

 

Deux notes d’approche pour un total de 5 notes. Les pentatoniques (X) font partie de cette famille.

 

Triadique 10

Triadique 11

 

Deux triades exclusives pour un total de 6 notes (Fa majeur + Sol majeur en l’occurence).

Paire triades

On ne s’était intéressé jusqu’à présent qu’aux versions diatoniques de ces formules. Une deuxième étape sera donc d’y ajouter du chromatisme.

Notes d’approches chromatiques

A priori, une note d’approche ne sera ni chromatique, ni diatonique avant qu’on ait mis la triade en contexte. La question est donc de savoir quelle est la couleur implicite et par là, quelles notes seront entendues comme chromatiques.

Prenons la triade majeure de Réb et considérons par souci de simplicité que Réb est le premier degré du mode. Si on s’intéresse aux approches de la quinte (Lab), on a Sol par le bas et Sibb (La) par le haut:

Approche quinte basique

Si on s’intéresse aux approches de la tierce (Fa), on a Mi par le bas et Solb par le haut:

Approche tierce basique

Finalement, si on s’intérese à celles de la fondamentale, on a Do par le bas et Mibb (Ré) par le haut:

Approche fondamentale basique

Comme on l’a noté plus haut, seulement certaines de ces approches auront un effet chromatique dans un contexte donné. Si la couleur est lydienne, la quarte augmentée ne fera sourciller personne alors que la sixte mineure demandera plus de tact. Au contraire, la quarte augmentée aura un bel effet si la triade majeure est celle d’un cinquième degré mineur, etc.

Par ailleurs, on peut imaginer que la quarte augmentée serve à approcher la tierce; la seconde augmentée, la fondamentale, etc. Cela dit, une attraction sera généralement d’autant plus forte que les notes seront proches. Ce sera donc à ces cas évidents que je m’interesserai.

Utiliser différents types de triades

On a déjà vu que la triade majeure constituait généralement un bon choix de sructure Il n’y a cependant aucune raison de se limiter à celle-ci, d’autant plus que nous visons maintenant d’étendre notre langage triadique et non plus seulement de le défricher. Prêtons-nous au même exercice qu’avant en utilisant cette fois les autres triades de notre palette, la mineure, diminuée et augmentée.

Triade mineure:

Approches mineures

Approche par le bas puis par le haut de la fondamentale, de la quinte et de la tierce mineure. La première approche de la fondamentale est finalement un arpège mineur avec septième majeure.

Triade augmentée:

Approches augmentées

Il faut remarquer que toutes les approches chromatiques par le haut camouflent une triade mineure. J’avais déjà fait remarquer cette propriété intéressante des triades augmentées dans deux articles précédents.

Triade diminuée:

Approches diminuées

La première approche de la fondamentale cache une triade de Si majeur.

Triade ‘sus’:

Approches sus

La construction de la triade sus rend certaines approches déplaisantes à mon goût, surtout le chromatisme de la quarte à la quinte. Je les inclus quand même par souci d’exhaustivité.

À vous maintenant de voir ce que ces notes impliquent et dans quels contextes elles auront l’effet le plus plaisant à vous oreilles.

Formules

Je vous propose ici quelques formules qui font usage de ce qu’on a vu précédemment: une et deux notes d’approches, puis trois, parfois sous la forme d’une deuxième triade. J’en profite pour explorer certains contextes particuliers.

Une note approche, Do mineur

Sur Do mineur, utilisation de la triade et d’une seule note d’approche. Pour la première moitié, la fondamentale est ciblée et pour la deuxième, la tierce. Remarquez, la différence entre les version ascendantes et descendantes.

On peut facilement colorer ce pattern différement, en utilisant par exemple la seconde mineure pour approcher la fondamentale et la quarte diminuée pour approcher la tierce.

Une note approche chromatique, Do mineur

Cette remarque vaut pour toutes les formules qui suivront.

Une note approche, Do mineur (2)

Untitled

Toujours sur do mineur, une séquence de quatre notes qui se déplace le long l’arpège. J’ai opté dans le deuxième cas pour la version complètement chromatique.

Untitled 2

Celui-là se passe de commentaires.

Paire triade, Vi-V

J’exprime le son Do mineur mélodique en alternant la triade majeure de Sol et celle diminuée de La.

Paire triade, III - II

Ici, Do dorien avec Mib majeure et Ré mineure. À essayer au piano avec l’harmonie à la main gauche. On obtient un son semblable avec Mib majeure et Fa majeure, mais on se prive du Ré.

Paire triade, III - IV

Do mineur harmonique avec Mib augmentée et Fa mineure, qui est un genre de mouvement de sous-dominante à dominante et vice-versa.

On peut en imaginer bien d’autres, selon qu’on cherche plus ou moins de clarté, plus ou moins de tension, etc.

Il est possible et souhaitable d’utiliser ces triades plus librement.

Triades sans pattern

Parfois, un pattern d’approches chromatiques cache un enchaînement triadique, ici I-VII ou encore Imajeur – I dim(maj7):

I - tonic dim

À l’inverse, une progression triadique camoufle à la fois une gamme de six notes et un système d’approches:

Interprétations de V - Vi

Sol majeure – La diminuée cache une pentatonique majeure de Sol avec sixte diminuée, ce qu’on peut voir également comme une triade majeure de Sol dont les degrés sont approchés de manière particulière. De manière à simplifier le processus mental lors de l’improvisation, on peut alors choisir l’une ou l’autre de ces interprétations.

Aussi, une fois deux triades choisies, on peut les affubler chacune de leurs propres notes d’approches et passer de l’une à l’autre comme s’il s’agissait d’une progression d’accords.

Triades et chromatismes

Do mineur mélodique par Sol majeure – La diminuée avec notes d’approches.

On alors six notes de base et toute une variété d’approches possibles, ce qui nous amène assez rapidement à toute la gamme chromatique. Il est alors utile de voir que certaines de ces notes peuvent servir de pivot. Par exemple:

notes pivot

etc.

Implications harmoniques ou pseudo-harmoniques

Nos goûts musicaux sont comme la recherche inconsciente d’expériences antérieures. On aime souvent un son parce qu’on le reconnait, comme on aime retrouver un visage familier au milieu du foule étrange.

Qu’on le veuille ou non, le choix d’une note d’approche aura des implications harmoniques puisque l’harmonie se réduit finalement aux mouvements individuels des voix. Être conscient de ces implications est utile pour utiliser judicieusement un matériau. Examinons-en quelques unes.

Comme mentioné plus haut, approcher chromatiquement les notes d’une triade majeure par le bas revient finalement à introduire une triade majeure un demi-ton plus bas:

Implications harmoniques (1)

On alors un son I – Idim7, qui est très idiomatique en musique tonale en général et en jazz en particulier.

Toujours sur une triade majeure,

Implications harmoniques (2)

On alors un son I – IVm, encore une fois très idiomatique.

On peut imaginer un genre de combinaisons de ces deux harmonies, avec la quinte approchée des deux côtés et la tierce chromatiquement par le bas.

Implications harmoniques (3)

Cette sonorité rappelle un peu la progression V/V – I6/4, qui sera familière à ceux qui ont étudié l’harmonie classique.

etc.

Si vous tombez un jour sur quelque chose qui sonne bien, essayez maintenant de vous demander ce que ça vous rappelle.

Conscience et exploitation des implications rythmiques (groupements, claves, … )

Une formule a non seulement des implications harmoniques, mais également rythmiques. Il est utile de les examiner de manière à structurer mélodiquement son rhythme et sa polyrhythmie.

Untitled

Je reprend un exemple antérieur pour illustrer les groupements de 4 notes.

Groupements de 5

Variation sur ce pattern pour illustrer des groupements de 5 notes.

etc.

En utilisant judicieusement une progression triadique qui est aussi une polyrythmie, on implique alors un rythme harmonique distinct de la trame de base. Voir par exemple les deux dernières mesures de l’étude sur Someday My Prince Will Come plus bas, où un genre de cadence I-IV-V est répartie également sur deux mesures grâce à trois groupements de 4 croches.

Je n’aborderai pas ici en détail le sujet du du rythme et de la polyrythmie. Mais chose certaine, ce travail mélodique se combinera avantageusement au travail du rythme que j’ai détaillé par ailleurs.

Voicings (‘camoufler’ l’implication mélodique)

On a considéré la triade comme manière d’exprimer une couleur de manière économe. Puis, on y a ajouté des approches afin d’y mettre du mouvement. Même en étant conscient des implications harmoniques des notes de passage, cette manière de voir les choses reste foncièrement mélodique.

Or rien n’oblige ces notes de passage à être seulement de passage. Si on les a choisit de manière à être colorée, on peut abandonner la hiérarchie qu’on avait établie jusqu’ici entre elles et les notes de la triade, c’est-à-dire que les notes d’approche n’approcheront plus rien. On obtient alors des groupes de notes qu’il est possible de d’arranger (de voicer) de pleins de manières.

Voicings

‘Voicings’ dans la région de Do majeur, où les ‘notes d’approches’ sont systématiquement mise dans la basse. Alors on ne les entend plus comme telles.

Étude

Voici finalement un genre d’étude où je tente d’illustrer les concepts détaillés précédemment. Je l’ai commentée jusqu’à la moitié, à partir de laquelle vous serez tout à fait en mesure de voir où je veux en venir. L’étude se déroule sur la forme de Someday My Prince Will Come, un standard à l’harmonie colorée qui se prête bien à ce genre d’exercice.

Étude commentée

Conclusion

Le but de cet article était de montrer qu’en se contraignant à une approche donnée, on pouvait atteindre un raffinement infini pour peu qu’on ait l’esprit curieux et candide, avec des pistes d’autant plus nombreuses que ce qu’on considère est simple. J’aime l’idée de profondeur dans la simplicité; qu’il soit possible d’arriver à un résultat complexe en apparence à travers un processus mental économe.

Un autre enseignement utile est qu’un phénomène peut souvent être représenté de plusieurs manières concurrentes. Un bon exemple est les pentatoniques, gammes qui sont à la fois une série de notes et une triade avec une paire d’approches. Alors, on peut ‘accéder’ à ce son de deux manières, rendant ainsi son utilisation plus facile et donc plus probable.

Ce genre d’approche peut servir à examiner non seulement d’autres matériaux musicaux, mais plus généralement à organiser mentalement tous les phénomènes qui nous entourent. La musique n’est après tout qu’une des nombreuses manifestation du génie humain.

Vous serez peut-être inspirés par d’autres types de constructions (tétracordes, intervalles, motifs, structures non-triadiques, etc.) et c’est tant mieux. Dans ce cas, faites-moi part de vos développements et je les regarderai avec intérêt.