Progressions pseudo-harmoniques

Compos

Arnold Schoenberg (1874 – 1951), dans son livre ‘Theory of Harmony’, m’aura fait découvrir ce qu’il appelle les progressions pseudo-harmoniques.
Pour ceux que l’harmonie tonale intéresse, ce livre, quoique d’une lecture un peu laborieuse, est un nécessaire. Du concept de triade à l’harmonie post-romantique, tout y est expliqué avec force details et d’une manière propre à un autodidacte.

Voyons un peu ce que ce concept recouvre et quelles en sont quelques applications potentielles.

Une progression pseudo-harmonique signifie un enchaînement d’accords qui n’a pas vraiment de fonction et qui tire davantage son intérêt d’un voice leading intéressant.

Fig. 1 - L’accord de Do mineur (x) n’apporte rien structurellement. Sa raison d’être est de créer un meilleur voice leading de basse vers Ré au travers de Mib.

Fig. 1 – L’accord de Do mineur (x) n’apporte rien structurellement. Sa raison d’être est de créer un meilleur voice leading de basse vers Ré au travers de Mib.

Fig. 2 - Le Sol# à l’alto du Do augmenté (x) sert à créer une meilleure attraction vers la tierce de Fa majeur, la.

Fig. 2 – Le Sol# à l’alto du Do augmenté (x) sert à créer une meilleure attraction vers la tierce de Fa majeur, la.

etc.

Le concept devient plus fécond encore quand on s’intéresse aux accords ambigüs par nature, les accords de septième diminuée et les triades augmentées.

Descendons d’un demi-ton n’importe quel degré d’une triade augmentée et nous obtenons une triade majeure.

Fig. 3 - Do augmenté devient Lab majeur, Do majeur ou Mi majeur. Il y a trois possibilités par accord augmenté et il y a quatre différents accords augmentés.

Fig. 3 – Do augmenté devient Lab majeur, Do majeur ou Mi majeur. Il y a trois possibilités par accord augmenté et il y a quatre différents accords augmentés.

De la même manière, en haussant chromatiquement n’importe quel degré nous obtenons une triade mineure.

Fig. 4 -  Do augmenté devient Réb mineur, La mineur ou Fa mineur.

Fig. 4 – Do augmenté devient Réb mineur, La mineur ou Fa mineur.

En déplaçant deux voix vers le bas, l’une d’un ton et l’autre d’un demi-ton, on obtient un accord de septième de dominante :

Fig. 5 - Do augmenté devient Do7, Mi7 ou Ab7.

Fig. 5 – Do augmenté devient Do7, Mi7 ou Ab7.

L’accord de septième diminuée offre le même genre de possibilités. En baissant chromatiquement n’importe quelle note, nous obtenons un accord de septième de dominante :

Fig. 6 - Do septième diminuée devient, Ré7, Fa7, Lab7 et Si7.

Fig. 6 – Do septième diminuée devient, Ré7, Fa7, Lab7 et Si7.

En haussant n’importe quel degré d’un demi-ton, nous obtenons un accord mineur 7 avec une quinte diminuée ou min7(b5):

Fig. 7 - Do diminuée devient Fa#min7(b5), Lamin7(b5), Domin7(b5), Mibmin7(b5).

Fig. 7 – Do diminuée devient Fa#min7(b5), Lamin7(b5), Domin7(b5), Mibmin7(b5).

Voilà un son très Wagnérien si je ne m’abuse!

On peut imaginer d’autres progressions du genre. Par exemple,

Fig. 8 - G7 devient G-(maj7) (x) pour approcher chromatiquement l’accord suivant, A-7(b5)/Eb.

Fig. 8 – G7 devient G-(maj7) (x) pour approcher chromatiquement l’accord suivant, A-7(b5)/Eb.

ou encore,

Fig. 9 - Ré mineur devient Ré min7(b5) (x) pour mieux amener G7.

Fig. 9 – Ré mineur devient Ré min7(b5) (x) pour mieux amener G7.

Etc.

Voyons maintenant comment il est possible d’utiliser un tel outil de manière avantageuse.

Pour composer

progressions p-h fig. 10

Fig. 10 - Suivant le concept de la Fig. 3, Do augmenté devient Lab majeur par surprise. Dans le premier cas, nous revenons à Do à travers Sol majeur, suivant la formule bVI - V - I. Dans le deuxième cas, Lab majeur devient Lab7 et nous amène vers Réb mineur.

Fig. 10 – Suivant le concept de la Fig. 3, Do augmenté devient Lab majeur par surprise. Dans le premier cas, nous revenons à Do à travers Sol majeur, suivant la formule bVI – V – I. Dans le deuxième cas, Lab majeur devient Lab7 et nous amène vers Réb mineur.

progressions p-h fig. 11

Fig. 11 - Suivant le principe de la Fig. 6, Si diminué devient Réb7. Dans le premier cas, on revient à Do à travers Sol7. Dans le deuxième cas, il sert à amener Fa mineur à travers la formule bVI - V - I.

Fig. 11 – Suivant le principe de la Fig. 6, Si diminué devient Réb7. Dans le premier cas, on revient à Do à travers Sol7. Dans le deuxième cas, il sert à amener Fa mineur à travers la formule bVI – V – I.

Pour arranger

Transformer un accord voix par voix peut être utile pour créer du mouvement sans pour autant altérer structurellement l’harmonie.

Fig. 12 - Sur les premières mesures de Stella by Starlight, Do# diminué devient La7, qui devient La augmenté puis finalement Sib mineur qui approche le Do mineur7. En changeant une note à la fois, on a davantage l’impression d’un mouvement mélodique que d’une ré-harmonisation à proprement parler.

Fig. 12 – Sur les premières mesures de Stella by Starlight, Do# diminué devient La7, qui devient La augmenté puis finalement Sib mineur qui approche le Do mineur7. En changeant une note à la fois, on a davantage l’impression d’un mouvement mélodique que d’une ré-harmonisation à proprement parler.

Pour improviser

Un peu comme pour l’arrangement, il s’agit ici d’impliquer un mouvement qui n’est pas présent à priori.

Fig. 13 - Sur un II - V - I en do majeur, on utilise successivement, en modifiant une note à la fois, Ré mineur, Réb augmenté, Réb majeur et Ré diminué.  Il est évidemment possible et même recommandable d’être moins schématique dans l’utilisation de cet outil. Cet exemple, s’il n’a pas vraiment de valeur artistique, présente au moins les choses de manière claire.

Fig. 13 – Sur un II – V – I en do majeur, on utilise successivement, en modifiant une note à la fois, Ré mineur, Réb augmenté, Réb majeur et Ré diminué.
Il est évidemment possible et même recommandable d’être moins schématique dans l’utilisation de cet outil. Cet exemple, s’il n’a pas vraiment de valeur artistique, présente au moins les choses de manière claire.

L‘intérêt de ce genre de concept réside dans le fait que les applications en sont multiples. C’est aussi là que réside sa difficulté. Devant l’abondance d’options, il faut finalement savoir raisonner comme un artiste: choisir les plus belles, et surtout leur donner un sens.